You Are Here: Home » Actualités » Nacer Ibn Abdeljalil : « A travers cette ascension, je souhaite porter haut les couleurs du Maroc et inciter les gens à se dépasser et réaliser leurs rêves»

Nacer Ibn Abdeljalil : « A travers cette ascension, je souhaite porter haut les couleurs du Maroc et inciter les gens à se dépasser et réaliser leurs rêves»

 Nacer Ibn Abdeljalil, 33 ans, s’apprête à devenir en mars 2013 le premier marocain à tenter l’ascension de l’Everest.

Nacer Ibn Abdeljalil, 33 ans, s’apprête à devenir en mars 2013 le premier marocain à tenter l’ascension de l’Everest. Sportif expérimenté, il a déjà gravi plus de quatre sommets de plus de 4000m (dont l’Aconcagua et le mont McKinley), couru plus de six marathons et accompli quatre triathlons. Rencontre avec un marocain déterminé.

D’où te viens cet attrait pour les sports d’endurance ?

Bien que ma famille ne soit pas particulièrement sportive, je pratiquais déjà pas mal de sport étant jeune. Je jouais par exemple beaucoup au tennis. La course à pieds est venue avec les cross du Lycée. Je me suis rendu compte que j’aimais courir, j’aimais les efforts longs et j’ai donc fait mon premier semi marathon à l’âge de 15 ans, à Marrakech. Je suis ensuite passé au Marathon et enfin, aux triathlons.
J’ai quitté le Maroc à 17 ans mais ai continué à m’entraîner pendant mes études. Mon premier marathon, je l’ai fait à Londres en 2003 et depuis que je suis rentré au Maroc, en 2010, je me suis mis au triathlon longue distance, format Ironman (3.8km de natation, 180 km de vélo et un marathon de 42 km).

Pourquoi t’être lancé le défi de gravir l’Everest ?

L’histoire a commencé en 2002. Je sortais alors de l’école Sup de Co Paris, venais d’être embauché dans une banque d’affaire et m’entraînais pour un marathon. J’étais déjà assez fier de ce que j’avais réalisé jusque là. C’est alors que j’ai côtoyé dans mon open space un Autrichien auprès duquel je racontais avec fierté mes modestes performances sur marathon. Je ne me rendais pas compte que pour lui, alpiniste chevronné, ça n’avait rien d’impressionnant…Du coup ça m’a challengé. Il me parlait tout le temps de ses ascensions, me montrait des photos du mont McKinley et m’a conseillé de gravir le Mont Blanc pour commencer. J’ai pris ça comme un défi, même si au début je ne voyais pas encore l’intérêt de me lancer dans une telle aventure, moi qui ai grandi dans un pays ensoleillé, et n’étant pas trop familier avec le froid et la neige.
J’ai tout de suite été mordu par cette passion, ces grands espaces et ces efforts longs… Concernant l’Everest, j’ai toujours eu cette idée en tête en gravissant différents sommets mais depuis deux ans, j’y pense plus sérieusement. Ma décision s’est prise en trois jours, en novembre 2012. Je courais le marathon de Valence le 18 novembre dernier et mon objectif était de le terminer en moins de 3 heures. Au 38e km, j’ai failli m’arrêter et je me suis promis que si je trouvais la force physique (et mentale !) d’atteindre mon objectif sur ce marathon, je me lancerai cette année sur l’Everest. Finalement, j’ai terminé le marathon en 2h55 !

Ton objectif en tentant cette ascension ?

Je poursuis trois objectifs à travers cette ascension. D’abord c’est un défi personnel. Ensuite, je souhaite porter haut les couleurs du Maroc et montrer que les marocains peuvent accomplir de grandes choses. Enfin, je souhaite montrer l’exemple et pousser les gens à se dépasser. Beaucoup de personnes ont des rêves plein la tête, mais malheureusement n’osent pas quitter leur zone de confort et se lancer. Si je l’ai fait, tout le monde peut le faire. Il ne faut jamais lâcher des yeux ses rêves.

Quel est ton état d’esprit à 9 semaines du départ ?

Excité et impatient de commencer. Je suis bien entouré, boosté par ceux qui m’entourent. Parfois j’ai de petites crises d’angoisse, mais ça passe rapidement. J’étais à l’Oukaimeden la semaine dernière et j’ai eu très froid en dormant. Je me suis tout de suite dit « Qu’est ce que ça va être là haut pendant deux mois si j’ai déjà froid ici ! ».

Un dernier mot pour ceux qui vous suivront ?

Merci à tous, continuez à m’envoyer plein d’ondes positives ! J’en profite aussi pour remercier vivement M. Saâd Benjelloun, Président de Madurel, qui me soutient dans mon aventure en tant que sponsor Platinum. Je suis vraiment heureux d’être entouré par tant de personnes enthousiastes et positives, leurs messages d’encouragement m’aident à ne jamais baisser les bas !

About The Author

Number of Entries : 153

Leave a Comment

© 2012 Powered By FKA, Moroccan Triathlon By FreeKreativeAgency

Scroll to top